GrabDuck

Webzine Aux Portes du Metal

:

Déjà ? Un an et demi après Raise A Little HellThe Answer est prêt à remettre le couvert et nous présente donc son sixième album intitulé Solas. Voilà déjà dix ans que les quatre Irlandais se sont révélés au monde avec Rise, leur excellent premier album. Depuis, de bonnes choses, quelques timides évolutions ici ou là, mais globalement rien de plus que du très bon hard rock à l'ancienne avec un parfum entêtant de seventies... ce qui est déjà bien, je vous le concède. Bien écrite, efficace, la musique de ce groupe n'a peut-être rien de révolutionnaire mais, la plupart du temps, fait mouche. Maintenant, dix ans après leurs débuts, cinq albums, et si peu de temps après leur dernière production, il n'est pas impossible que nos quatre lascars, s'ils n'ont rien de nouveau à proposer, finissent par provoquer une certaine lassitude. Et puis, les groupes qui font dans le classic hard rock relevé à la sauce bluesy, ce n'est pas non plus ce qui manque ces temps-ci... Sauf que, cette fois-ci, The Answer va vous étonner. Car Solas est une surprise. Il est l'album du renouveau, un vrai changement de cap. Vous le savez peut-être, le combo a traversé une période très chaotique suite à sa dernière tournée et a bien failli ne jamais s'en remettre. Problèmes financiers, remise en question sur le plan artistique, un nouveau né (le fils de Neeson) avec des soucis de santé importants... Tout cela a eu un impact non négligeable sur cette nouvelle production. 

Et dès la première piste qui n'est autre que la chanson titre, on sent que quelque chose s'est passé. On n'a plus exactement affaire au même groupe. Le son a changé. L'ambiance est sombre, menaçante... Solas propose une sorte de rock lourd, lancinant, avec une bonne ligne de basse... le chant de Cormac Neeson est moins éraillé mais toujours aussi profond. La compo est hypnotique, envoûtante et même assez lugubre. Et ce final avec ces choeurs que l'on croirait venus d'un autre temps, il dégage quelque chose de mystique (impression confirmée par le visuel du clip). Deuxième piste : Beautiful World. Confirmation de la mue. Intro mélancolique, arrangements chiadés, des cordes, des claviers, des harmonies originales, une progression avec une belle montée en puissance... On pense à une sorte de mélange entre le rock de Led Zeppelin et l'ambiance torturée de certaines chansons de David Bowie. Déstabilisant mais classe. 

Après ce début étonnamment sombre, le troisième titre, Battle Cry, est plus lumineux et léger. Jolies mélodies, guitares entre pop et rock (on pense même à U2 sur un bref passage), refrain chanté en gaélique ("Seo An La Mo Laoch Mo Ghra..." si vous voulez le reprendre sous la douche) et percussions. Le morceau est entraînant et fait évoluer l'atmosphère du disque vers quelque chose de plus euphorisant. Untrue Colour continue à dispenser un feeling rock assez léger. Des claviers surprenants font leur apparition. Le titre ne me semble pas exceptionnel mais il passe bien et le refrain reste en tête. In This Land est une jolie ballade enlevée, absolument pas pesante, aux sonorités folk plutôt charmantes. Encore une fois, les mélodies proposées sont accrocheuses et rendent le morceau immédiatement agréable. La touche celtique et la mandoline utilisée par Paul Mahon font leur petit effet. Un beau moment. Ce qui va sans doute déstabiliser voire décevoir certains auditeurs, c'est que tout cela n'a vraiment plus grand chose à voir avec le hard rock old-school teinté de blues et souvent entraînant proposé par The Answer sur ses disques précédents. Et l'arrivée de la chanson Thief Of Light (en sixième position dans la tracklist) ne fait que confirmer cela. Après une succession de titres plus légers, vous vous dites qu'il aurait fallu faire repartir la machine avec un gros riff et un regain d'énergie... Eh bah non, cette chanson (très belle au demeurant), aux sonorités majoritairement acoustiques et aux harmonies vocales séduisantes, fait dans le cool, le planant. Mais Solas a ses moments plus enlevés. A ce titre, Left Me Standing arrive comme un cheveu sur la soupe et dispense un hard rock plus énergique avec des harmonies de guitares à la Thin Lizzy. Ce n'est pas très raccord avec le reste du disque mais voilà une compo qu'on sent plus taillée pour le live, elle se fondra plus facilement dans un set du groupe au milieu d'anciennes chansons. Très sympa. Et on retrouvera du riff bien rock plus pesant sur Real Life Dreamers. L'aventure se conclura sur une très belle ballade, Tunnel. Sobre, émouvante, encore une fois servie par de beaux choeurs et un Cormac Neeson impérial... difficile de rester de marbre. Je ne l'ai pas dit, mais comme d'habitude, les musiciens sont exemplaires. Chacun est à sa place, personne ne fait de l'ombre à son voisin, Mahon est un guitariste plein de feeling, loin des démonstrations d'un guitar hero, il sert parfaitement les compos, sans en faire des caisses. La section rythmique est toujours aussi impeccable et, je le dis une dernière fois, Cormac Neeson, démontre qu'il est un grand chanteur. Il explore différents registres, souvent plus softs, et est aussi convaincant dans la retenue que dans les moments plus énervés ou puissants. 

Au final, les gars de The Answer n'ont sans doute pas fait ce que beaucoup attendaient d'eux mais leur album est bien composé et interprété. Les qualités précédemment démontrées par ce quatuor sont toujours là, elles sont juste exploitées différemment. Un album à part dans la disco des Irlandais ? Une transition vers quelque chose d'autre ? L'avenir nous le dira. En tout cas, il fera date. Une fois la surprise digérée, on ne peut que se rendre à l'évidence : peu importe les attentes, Solas est un bel album de rock, risqué, inattendu, varié et riche en émotions. Et j'ai envie de dire que c'est le principal. Je ne dis pas qu'il est parfait (deux ou trois pistes ne m'émeuvent pas plus que ça, ce sont d'ailleurs les plus traditionnelles, curieusement) et je conçois totalement que certains n'aiment pas ce disque ou ne voient pas d'un bon oeil la nouvelle direction (ou plutôt les nouvelles directions) empruntée par le groupe. Pour ma part, ce sixième opus marque des points dans la mesure où il apporte un peu de fraîcheur et d'audace (et parce qu'il est bien fait, évidemment) dans un monde où beaucoup trop d'artistes nous servent et resservent inlassablement la même soupe. Je salue donc la sensibilité dont le quatuor fait preuve ici et cette belle prise de risque... payante, en ce qui me concerne.


Tracklist de Solas :

01. Solas
02. Beautiful World
03. Battle Cry
04. Untrue Colour
05. In This Land
06. Thief Of Light
07. Being Begotten
08. Left Me Standing
09. Demon Driven Man
10. Real Life Dreamers
11. Tunnel